La retraite dans le secteur du privée

Fonctionnement de la retraite d’aujourd’hui

La retraite que nous connaissons à l’heure actuelle est un système par répartition, également connu sous le nom de « solidarité intergénérationnelle ». Le principe est très simple : les actifs s’acquittent mensuellement d’une cotisation prélevée sur leur salaire que les employeurs versent aux caisses de retraite. Les employés n’ont aucune démarche administrative à effectuer. Cette trésorerie est reversée ensuite aux retraités sous forme de pension, sur laquelle ils paient des impôts en fonction de leur tranche d’imposition. Ce système repose sur la solidarité entre les générations.

Le montant des cotisations est calculé proportionnellement à la rémunération et est acquitté par les deux parties. Il est composé d’une part salariale pour 40% et d’une part patronale pour 60%. Nous pouvons constater que l’employeur participe au financement de la retraite de ses salariés et qui plus est, pour une part plus importante que ces derniers.

Ces cotisations confèrent aux salariés des trimestres et des points qui leur donnent des droits pour leur future retraite. Ils peuvent consulter leur nombre de points et de trimestres qu’ils possèdent en se rendant sur le site internet : https://www.lassuranceretraite.fr/.

Le montant de la pension de retraite comprend deux éléments : un régime de base géré par la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse de la Sécurité Sociale (CPAM) et un régime complémentaire géré par différentes caisses en fonction de sa catégorie socio-professionnelle. Ceux-ci sont tous deux obligatoires et forment ensemble la retraite globale.

La retraite globale représenterait en moyenne 60% des revenus, soit une perte inéluctable de 40%. Pour contrer ce phénomène, les salariés peuvent se diriger vers une retraite supplémentaire. Celle-ci est facultative et son fonctionnement diffère totalement des deux précédentes. Tout d’abord, celle-ci n’est pas un système par répartition mais par capitalisation, cela signifie que la personne épargne à titre personnel pour sa retraite.

Le modèle par répartition hérité de l’après-guerre est vivement critiqué par les Français considérant le système fragile, inégalitaire et compliqué. Depuis peu, le sujet de la retraite est devenu une affaire politique. Le Président, Emmanuel MACRON, a proposé une nouvelle réforme pour se diriger vers un régime universel. Celle-ci doit rentrée en vigueur en 2025. Deux français sur trois seraient favorables à ce changement.

Régime de base

Au niveau du régime général, la retraite de base est gérée par la Sécurité Sociale. Tous les employés ont l’obligation d’y cotiser, il correspond au premier niveau de la pension de retraite. Celle-ci est calculée de la manière suivante :

Le Salaire Annuel Moyen correspond à la moyenne des revenus annuels des 25 dernières meilleures années du salarié. Avant la réforme Balladur de 1993, il était calculé sur les 10 dernières années. Ce changement a eu pour effet de réduire le Salaire Annuel Moyen, entraînant la baisse de la pension de retraite. En effet, avec l’ancienneté et l’expérience, la rémunération augmente au fil du temps. Ainsi, l’amplitude est généralement beaucoup plus élevée pour les 25 dernières meilleures années que pour les 10 dernières.

Le Taux de Liquidation varie en fonction du nombre de trimestres acquis par l’employé. Le taux plein est de 50% et est minoré de 0,625% par trimestre manquant. Ce taux ne peut pas être inférieur à 37,50%.

Le Nombre de Trimestres Cotisés est le nombre de trimestres acquis tous au long de la carrière du salarié suite au versement de cotisations retenues sur sa fiche de paie. Il peut obtenir jusque 4 trimestres maximum par année civile. Le trimestre a une valeur qui varie chaque année et qui se base sur la rémunération brute. En 2019, pour acquérir un trimestre, le salarié doit avoir touché 1 504.50€ de revenu brut. Ainsi, un employé dont l’ensemble de ses rémunérations de 2019 est supérieur à 6 018€ obtiendra ses 4 trimestres, mais il n’en aura pas plus au cours de cette année.

Il est possible d’acquérir des trimestres sous d’autres formes que par cotisation :

Trimestres Assimilés : il s’agit d’une période durant laquelle une personne n’a pas travaillé et donc pas cotisé, mais qui donne tout de même lieu à l’obtention de trimestres. Tel est le cas pour le chômage, le service militaire, la maternité/paternité, maladie, invalidité et accident du travail ;

Trimestres Equivalents : il s’agit de trimestres acquis suite à une période d’activité n’ayant pas donné lieu à cotisation. Ils sont par exemple accordés pour les périodes d’activités à l’étranger ;

Trimestres de majoration pour enfants : Pour chaque enfant, la mère obtient automatiquement 4 trimestres pour la grossesse et 4 trimestres pour l’éducation. Ainsi, pour l’enfant dont elle a donné naissance, elle reçoit 8 trimestres et pour un enfant adopté elle en reçoit seulement 4, car elle ne l’a pas procréé. Depuis 2010, le père peut demander auprès de l’assurance vieillesse de se voir attribuer une partie ou la totalité des trimestres d’éducation. La demande doit être formulée dans les 6 mois qui suivent le 4 ème anniversaire de l’enfant avec l’accord de la conjointe.

Durée d’Assurance Maximum Retenue est le nombre de trimestres que le futur retraité doit détenir pour toucher une pension au taux plein. Celle-ci varie selon la date de naissance de ce dernier. Voici ci-dessous le tableau reprenant l’ensemble des éléments :

(1) Correspond au nombre de trimestres à cotiser pour prétendre à toucher une retraite au taux plein avant l’âge du taux plein.

(2) L’âge auquel les caisses de retraite commenceront à verser la pension si le salarié a pris sa retraite.

(3) L’âge auquel le retraité touchera sa pension à taux plein même s’il n’a pas cotisé à l’ensemble de ses trimestres.

Bien qu’il ne soit normalement pas possible de percevoir sa retraite avant l’âge légal, il subsiste une exception. Certaines personnes peuvent partir en retraite anticipée dès lors qu’elles justifient d’une carrière longue. Pour être reconnu comme tel, il faut :

• avoir cumulé 5 trimestres avant le 31 décembre de son 20 ème anniversaire

• avoir validé l’ensemble des ses trimestres pour obtenir le taux plein.

Enfin, les assurés ayant eu plus de 3 enfants à charge perçoivent une majoration familiale de 10% sur le montant de leur pension de retraite de base ; à la condition de les avoir élevés pendant 9 ans avant leur 16 ème anniversaire. Il est à noter que quelqu’un qui élève l’enfant de sa femme ou de son mari dont il n’est pas le géniteur, vient se comptabiliser dans le nombre d’enfants élevés si la condition des 9 ans est respectée.

Afin d’illustrer nos propos, prenons un exemple : Camille née en janvier 1955 a eu 4 enfants à charge. Elle dispose d’un salaire annuel moyen de 16 000 euros et va prendre sa retraite en 2019 à l’âge de 64 ans. Elle a validé 161 trimestres, il lui manque donc 5 trimestres pour prétendre à la retraite au taux plein (166 – 161).

Le taux de liquidation est égal à : 50% – (0,625% * 5) = 46,875%

Retraite de base : 16 000 € x 46,875 % x 161/166 = 7 274,10€ brut/an

Majoration pour enfants : 7 274,10 * 1,10 = 8 001,51€ brut/an

En conclusion, la CPAM versera à Camille 666,79€ brut par mois, si elle venait à prendre sa retraite à l’âge de 64 ans.

Régime complémentaire

En 1972, l’affiliation à un régime de retraite complémentaire devient obligatoire pour toute personne exerçant une activité professionnelle. La cotisation est prélevée directement sur le bulletin de salaire tout comme pour le régime de base. Ces cotisations ne confèrent cette fois pas des trimestres, mais des points à l’employé.

Les cadres et non cadres du privé cotisent tous depuis le 1er Janvier 2019 au même régime complémentaire qui a été baptisé « Agirc-Arrco« .

La retraite complémentaire se calcule en multipliant le nombre de points acquis durant sa carrière professionnelle par la valeur du point à la date de son départ en retraite. Cette dernière étant réévaluée chaque année à la hausse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *